Trafic de poids lourds en Vallée d’Aspe, un portique sur la RN134 ? Oui, mais !

L’association Protection Haut Béarn Environnement se satisfait de la préconisation d’activation du portique écotaxe de Borce par Monsieur le député Benoit Simian*. C’est enfin une piste sérieuse, efficace et immédiate pour tenter de répondre à l’augmentation du trafic routier de marchandise sur la RN134, à l’insécurité et aux nuisances vécues par ses riverains.

C’est une solution administrative et financière qui a le mérite de ne pas avoir d’impact environnemental lourd comme les solutions d’infrastructures routières portées par nos élus locaux depuis des dizaines d’années. Ces déviations (Oloron Sainte-Marie, Urdos, Cette-Eguyn), vendues comme solution unique et providentielle aux habitants, n’aboutissent pas, ont un coût croissant d’année en année sans que leur financement ne soit assuré, et ne permettront pas de limiter le trafic et ses nuisances sur l’environnement et la qualité de vie des habitants (santé, pollution sonore, risque d’accidents…).

Il est donc urgent, pour répondre enfin aux inquiétudes légitimes des riverains, de mettre en place un ensemble de solutions plus économiques et plus immédiates, tels que le portique écotaxe et la prise d’arrêtés contraignant le trafic de poids lourds, notamment de matières dangereuses, voir l’interdiction totale de circulation pour le trafic non local, comme prévu par l’accord France-Espagne. Pour la partie incompressible du trafic routier, le Conseil Régional prévoit la mise en service de la ligne Pau-Canfranc d’ici à 2025.

Messieurs les députés Simian et Lassalle ont cependant une lecture dépassée des enjeux lorsqu’ils justifient la construction d’aménagements routiers supplémentaires par l’argument du développement économique local. Le tunnel du Somport avait déjà été justifié par le développement économique, or son ouverture a exclusivement détruit l’environnement, mis en péril la santé et la sécurité des habitants, sans apporter aucune attractivité économique à la Vallée d’Aspe. Cela avait d’ailleurs été anticipé à l’Assemblée Nationale et au Sénat dès 2003 ; la petite percée du Somport, annoncée pour un trafic local, risquait de provoquer une « embolie camionaire » dans les Pyrénées et une « catastrophe écologique prévisible ».

Il est entendu que si le coût du passage par le portique pour les transporteurs en dissuadera une grande partie d’emprunter à l’avenir la route de la vallée d’Aspe, les recettes qu’il générera ne permettront pas de participer réellement au coût de construction et d’entretien des infrastructures existantes ou en projet.

L’association PHBE espère que la réactivation du portique écotaxe de Borce sera effective dans les meilleurs délais. En revanche vouloir limiter le trafic de marchandise « disproportionné » par la mise en place du portique écotaxe et s’obstiner, dans le même temps, à porter des projets d’infrastructure routière qui encourageraient l’augmentation du trafic est un non-sens total.

Sur le territoire, PHBE s’est imposé comme un interlocuteur sérieux et crédible auprès des élus locaux (Conseil régional, CCHB, municipalités), afin de les accompagner à réinterroger l’aménagement du territoire, pour l’épanouissement des habitants, pour le développement des acteurs économiques locaux, dans un souci de préservation de l’environnement.   

Association Protection Haut Béarn Environnement, le 16 novembre 2020.

* Voir l’article « RN134 : un rapport préconise la réactivation du portique écotaxe de Borce », paru dans la République des Pyrénées, le 13/11/20.